Invitation à réfléchir autrement…. Un point de vue en herboristerie holistique.

Je vois parler beaucoup parler en ce moment souvent de plante qualifiées d’anti-virale, anti-inflammatoire, anti-bactérienne,….

Anti, anti, anti. Un language guerrier adopté par notre biais culturel occidental.
{D’ailleurs, les plantes anti-virales ou anti-inflammatoires ne travaillent pas de la même manière sur le corps que leur “équivalent” en médicament; là encore nous transposons notre lunette biomédicale sur les plantes.}

Le language de la Nature n’est “anti” rien. Le language Naturel est un d’équilibre, un qui essaie d’établir une harmonie entre les choses pour que tout fonctionne au mieux. Il ne s’agit pas se limiter aux détails, mais de comprendre ce qui se passe dans la globalité, ce qui est corresponds au plus grand dessein, même si le détail semble en opposition à la logique globale.

TERRAIN & ENERGETIQUE DES PLANTES

En herboristerie holistique, c’est aussi cette écoute du language du corps qui prime. Le corps a une intelligence qui cherche à rétablir cet équilibre. Vouloir se battre contre les réactions de son corps, c’est aller à l’encontre de ses mécanismes naturels de guérison. Les plantes préfèrent accompagner plutôt que lutter.

Et ce qui est au cœur de cet équilibre, est le terrain de la personne. Nous avons tous un terrain/constitution particulier. Un excès/déficience/déséquilibre de ce terrain peut être à l’origine de troubles. (tout comme le déséquilibre des terrains agricoles….)

Prenons l’exemple de la polarité sec/humide C’est ce que l’on appelle l’énergétique des plantes – ou des personnes.

La sécheresse des muqueuses en hiver (chauffage, air non renouvelé,…) peut être problématique pour notre immunité.

Pourquoi? Le mucus – fluide du corps (humidité) qui contient de nombreuses cellules immunitaires – est nécessaire. En excès, nous avons des congestions nasales, des nez qui coulent (peut causer de la sécheresse à la longue). Les produits laitiers peuvent être un facteur de surproduction de mucus causée par une réaction inflammatoire (intolérance alimentaire).

En déficience, et bien nous avons moins de protection immunitaire. Ce mucus que l’on retrouve au niveau du nez par exemple, est un filtre/ barrière qui empêche les éléments extérieurs de pénétrer. Il permet également des les neutraliser grace aux cellules cellules immunitaires qui le composent.

formation plantes médicinales

RETABLIR L’EQUILIBRE EN AMENANT DE L’HUMIDITE

Un assèchement des muqueuses en hiver n’est donc pas favorable. Lorsque l’on utilise beaucoup de plantes asséchantes – comme le sont une majorité d’aromatiques (thym, sauge, hysope,…) – on peut contribuer à ce déséquilibre.

Ces plantes sont de belles alliées et on peut bien sur les utiliser, mais n’oublions de rétablir l’équilibre, d’amener un peu d’humidité à notre terrain (si nous n’avons pas de tendance naturelle à l’excès d’humidité). Cet humidité/douceur peut être amenée par des plantes à mucilages (voir ci-dessous) ou en rajoutant un peu de miel par exemple.

C’est pour cela que le traitement de mêmes symptômes peut grandement varier selon la personne en herboristerie holistique. Car il ne s’agit pas d’adresser simplement des symptômes, mais une personne dans sa totalité, de prendre en compte son terrain.

Plantes humidifiantes: souvent les mucilagineuses. Ma préférée, la mauve. Aussi: la guimauve, le plantain, violette
En alimentation: les flocons d’avoines, les graines de chia, de sésame et de lin (trempées), goji.

** Je précise que ce sont des indications à prendre en compte pour des choses “simples”, pour des situations plus complexes il y a bien plus de choses à prendre en compte et il faut toujours se référer à des personnes habilitées. De même pour ceux qui ont des choses chroniques, se faire accompagner est nécessaire pour éviter d’augmenter le déséquilibre**

Pour Suivre & Partager

Laisser un commentaire